L’obligation de veiller à l’adaptation des compétences des salariés relève de l’initiative de l’employeur. Où en est-on du côté des salariés ? Selon une enquête de l’observatoire du travail BPI-Opinion Way, 60% des personnes interrogées considèrent que le développement et le maintien de l’employabilité est aussi leur affaire. Le monde bouge, et les salariés restent donc moins passifs devant le développement de leurs compétences. La notion de « Capital compétences » avance, et les jeunes générations l’ont bien compris.